L'interactivité absolue!
 
AccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 La tour eiffel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
jordan
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 1090
Age : 20
Classe : CM2F
Ceinture : Marron
Date d'inscription : 17/09/2007

Résultats
Moyenne:
18/20  (18/20)

MessageSujet: La tour eiffel   Sam 19 Jan - 17:03

Le montage des piles commence le 1er juillet 1887 pour s'achever vingt-et-un mois plus tard.

Tous les éléments sont préparés à l'usine de Levallois-Perret à côté de Paris, siège de l'entreprise Eiffel. Chacune des 18 000 pièces de la Tour est dessinée et calculée avant d'être tracée au dixième de millimètre et assemblée par éléments de cinq mètres environ. Sur le site, entre 150 et 300 ouvriers, encadrés par une équipe de vétérans des grands viaducs métalliques, s'occupent du montage de ce gigantesque meccano.

Ateliers de Levallois-Perret
<HR noShade SIZE=1>

Toutes les pièces métalliques de la Tour sont fixées par des rivets, un mode de construction bien rôdé à l'époque de la construction de la Tour.

Equipe de riveurs

Les assemblages sont d'abord réalisés sur place par des boulons provisoires, remplacés au fur et à mesure par des rivets posés à chaud. En se refroidissant, ils se contractent, ce qui assure le serrage des pièces les unes avec les autres. Il faut une équipe de quatre hommes pour poser un rivet : un pour le chauffer, un pour le tenir en place, un pour former la tête, un dernier pour achever l'écrasement à coups de masse. Un tiers seulement des 2 500 000 rivets que comprend la Tour ont été directement posés sur le site.
<HR noShade SIZE=1>

Les piles reposent sur des fondations en béton installées à quelques mètres sous le niveau du sol sur une couche de gravier compact.

Fondations de la Tour Eiffel

Construction d'une des piles
Chaque arête métallique dispose de son propre massif, lié aux autres par des murs, sur lequel elle exerce une pression de 3 à 4 kilos par centimètre carré. Côté Seine, on a employé des caissons métalliques étanches, où l'injection d'air comprimé permettait aux ouvriers de travailler sous le niveau de l'eau .
<HR noShade SIZE=1>

La Tour est montée à l'aide d'échafaudages en bois et de petites grues à vapeur fixées sur la Tour elle-même.

Le montage du premier étage est réalisé à l'aide de douze échafaudages provisoires en bois de 30 mètres de hauteur, puis de quatre grands échafaudages de 45 mètres.

Des "boîtes à sable" et des vérins hydrauliques - remplacés après usage par des cales fixes - permettent de régler la position de la charpente métallique au millimètre près.

La jonction des grandes poutres du premier est ainsi réalisée le 7 décembre 1887. Les pièces sont hissées par des grues à vapeur qui grimpent en même temps que la Tour, en utilisant les glissières prévues pour les ascenseurs.

La Tour Eiffel:
un mécano géant
<HR noShade SIZE=1>

Il n'a fallu que cinq mois pour construire les fondations et vingt et un mois pour réaliser le montage de la partie métallique de la Tour.

15 mars 1888

15 septembre 1888

26 décembre1888

12 mars 1889

C'est une vitesse record si l'on songe aux moyens rudimentaires de l'époque. Le montage de la Tour est une merveille de précision, comme s'accordent à le reconnaître tous les chroniqueurs de l'époque. Commencé en janvier 1887, le chantier s'achève le 31 mars 1889. Gustave Eiffel est décoré de la Légion d'Honneur sur l'étroite plate-forme du sommet.
<HR noShade SIZE=1>

Le journaliste Émile Goudeau visitant le chantier au début de 1889 en décrit ainsi le spectacle.

Les ouvriers de la Tour Eiffel

"Une épaisse fumée de goudron et de houille prenait à la gorge, tandis qu'un bruit de ferraille rugissant sous le marteau nous assourdissait. On boulonnait encore par là; des ouvriers, perchés sur une assise de quelques centimètres, frappaient à tour de rôle de leur massue en fer sur les boulons (en réalité les rivets); on eût dit des forgerons tranquillement occupés à rythmer des mesures sur une enclume, dans quelque forge de village; seulement ceux-ci ne tapaient point de haut en bas, verticalement, mais horizontalement, et comme à chaque coup des étincelles partaient en gerbes, ces hommes noirs, grandis par la perspective du plein ciel, avaient l'air de faucher des éclairs dans les nuées."
<HR noShade SIZE=1>

Beaucoup de problèmes techniques sont survenus au moment de l’installation des ascenseurs. Jamais n’avaient été abordé les contraintes de telles hauteurs et de telles charges, rendues encore plus complexes par des axes en pente et des angles divers.

Dans les piliers Est et Ouest, des ascenseurs qui desservaient le 1er étage furent installés par l'entreprise française Roux, Combaluzier et Lepape. Peu efficaces, ils furent remplacés en 1899 par des ascenseurs hydrauliques construits par Fives-Lille. Ces ascenseurs ont fidèlement transporté les touristes jusqu'au deuxième étage jusqu'à la fin des années 1980, date de leurs mises aux normes actuelles.

En 1889, l'entreprise américaine Otis a fourni les ascenseurs des piliers Nord et Sud qui desservaient le deuxième étage, comprenant une cabine à deux étages tirée par un câble actionné par un piston hydraulique. Bien inférieurs à ceux fournis par Fives-Lille, ils furent aussi remplacés : celui du pilier Sud en 1900 et celui du Nord peu après 1912 quand son moteur est définitivement tombé en panne.

Les années 1950 ont vu s'accroître fortement le nombre de visiteurs. Pour répondre à ces nouveaux besoins une machine à plus grande capacité était devenue nécessaire. En 1965, Schneider Creusot Loire installe au pilier nord, un nouvel ascenseur basé sur la meilleure machinerie et ingénierie électronique du moment. De nouvelles cabines et un contrôle assisté par ordinateur sont ajoutés en 1995.

L'ascenseur du pilier Sud est remplacé en 1983 par un ascenseur électrique d’Otis de petite dimension réservé aux clients du restaurant "Jules Verne". En 1989, un ascenseur de quatre tonnes réservé au service est installé par Otis pour soulager les autres ascenseurs principaux.

Ascenseur pour le 2e étage
<HR noShade SIZE=1>

Pour atteindre le troisième étage, 160 mètres plus haut que le deuxième, Monsieur Edoux a conçu une cabine qui portait 110 passagers pour un poids maximum de 8 tonnes.

Ascenseur pour le sommet

La cabine supérieure était poussée par un piston hydraulique de 81 mètres de course tandis que la cabine inférieure formait le contrepoids. Il fallait donc changer de cabine à mi-parcours, suivant une passerelle qui laissait admirer une impressionnante vue sur le parterre.

Le problème majeur de cet ascenseur provenait des réservoirs d'eau qui assuraient la force hydraulique nécessaire. En effet il fallait surveiller les niveaux d’antigel; cet ascenseur ne pouvant fonctionner du novembre à mars. Usé après 93 ans de service, il fut remplacé en 1982 par deux cabines électriques.
Revenir en haut Aller en bas
jordan
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 1090
Age : 20
Classe : CM2F
Ceinture : Marron
Date d'inscription : 17/09/2007

Résultats
Moyenne:
18/20  (18/20)

MessageSujet: Re: La tour eiffel   Sam 19 Jan - 17:04


_________________
Revenir en haut Aller en bas
jordan
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 1090
Age : 20
Classe : CM2F
Ceinture : Marron
Date d'inscription : 17/09/2007

Résultats
Moyenne:
18/20  (18/20)

MessageSujet: Re: La tour eiffel   Sam 19 Jan - 17:04


_________________
Revenir en haut Aller en bas
jordan
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 1090
Age : 20
Classe : CM2F
Ceinture : Marron
Date d'inscription : 17/09/2007

Résultats
Moyenne:
18/20  (18/20)

MessageSujet: Re: La tour eiffel   Sam 19 Jan - 17:05


_________________
Revenir en haut Aller en bas
jordan
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 1090
Age : 20
Classe : CM2F
Ceinture : Marron
Date d'inscription : 17/09/2007

Résultats
Moyenne:
18/20  (18/20)

MessageSujet: Re: La tour eiffel   Sam 19 Jan - 17:05


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Alessia
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 1810
Age : 19
Classe : CM2F
Ceinture : verte
Date d'inscription : 18/09/2007

Résultats
Moyenne:
13/20  (13/20)

MessageSujet: Re: La tour eiffel   Mar 29 Jan - 19:10

Dossiers
Structure de la Tour
La Tour en chiffres



English version
Contacts F.A.Q

- Dossiers de la Tour Eiffel - Gustave Eiffel La construction métallique du XIXe siècle L'invention de la Tour Eiffel La construction de la Tour Eiffel Débats et polémique sur la Tour Eiffel La peinture de la Tour Eiffel La Tour Eiffel comme laboratoire La Tour Eiffel et la Radio Les illuminations de la Tour Eiffel La restauration de la Tour Eiffel Les 72 savants La Tour Eiffel et les artistes Les expositions de la Tour Eiffel Livres, Films, CD Rom


Ingénieur de formation, Eiffel a fondé puis développé son entreprise spécialisée dans les charpentes métalliques, dont la Tour Eiffel marque le couronnement, avant de dédier les trente dernières années de sa vie à des activités de recherches expérimentales.

Né en 1832 à Dijon, il sort de l'École Centrale des Arts et Manufactures en 1855, l'année même de la première grande Exposition universelle tenue à Paris. Après quelques années passées dans le Sud-Ouest de la France, où il surveille notamment les travaux de l'important pont de chemin de fer de Bordeaux, il s'installe à son compte en 1864 comme "constructeur", c'est à dire comme entrepreneur spécialisé dans les charpentes métalliques. Son exceptionnelle carrière de constructeur est jalonnée en 1876 par le viaduc de Porto sur le Douro, puis celui du Garabit en 1884, ainsi que par la gare de Pest en Hongrie, la coupole de l'observatoire de Nice et l'astucieuse structure de la Statue de la Liberté, avant de culminer en 1889 avec la Tour Eiffel. Cette date marque la fin de sa carrière d'entrepreneur.



--------------------------------------------------------------------------------

Eiffel nous a légué de par le monde des centaines d'ouvrages métalliques en tout genre.

Eiffel a construit de par le monde des centaines d'ouvrages métalliques en tout genre. Si les ponts - et particulièrement les ponts de chemin de fer - ont été son domaine de prédilection, il s'est aussi illustré dans le domaine des charpentes et des installations industrielles. Il a jalonné sa carrière d'une belle série de réalisations, dont se détachent les deux viaducs quasi-jumeaux de Porto et de Garabit dans le Cantal, ainsi que des oeuvres où l'inventivité de l'entreprise a pu davantage se donner libre cours : des ponts "portatifs", vendus en "kit" dans le monde entier, la structure de la statue de la Liberté à New-York, et bien sûr la Tour Eiffel.



--------------------------------------------------------------------------------


Gare de l'ouest à Pest, Hongrie
Nouveaux ponts économiques
Pont sur le Rach Lang
Arrondissement de Saïgon - Indochine 1885


Pont "Maria Pia" sur le Douro, Portugal
Viaduc de Garabit


--------------------------------------------------------------------------------

Eiffel avait accepté en 1887 de construire les écluses du canal de Panama, gigantesque entreprise mal engagée par Ferdinand de Lesseps et qui aboutira au plus grand scandale financier du siècle.

C'est le contrat le plus important mais aussi le plus risqué de toute sa carrière d'entrepreneur. Face aux risques encourus, il obtient d'énormes avantages financiers et de solides garanties, qui l'assurent d'encaisser son bénéfice dès le commencement des travaux. Malgré la diligence d'Eiffel, la mise en liquidation de la Compagnie du canal le 4 février 1889 aboutit à son inculpation pour escroquerie, aux côtés de Lesseps père et fils, puis à sa condamnation à deux ans de prison et à 2000 francs d'amende, alors que rien ne peut réellement lui être reproché. Profondément atteint dans son honneur et dans sa dignité, il se retire du monde des affaires. Le jugement sera cassé par la Cour de Cassation en invoquant la prescription des faits reprochés, ce qui mettra fin à toute poursuite.

Canal de Panama


--------------------------------------------------------------------------------

Après sa retraite consécutive au scandale de Panama, Eiffel consacre les trente dernières années de sa vie à une féconde carrière de savant.


Soufflerie Il s'emploie d'abord à trouver une utilité à la Tour, qui n'avait été construite que pour une durée de vingt ans : expériences sur la résistance de l'air, station d'observation de météorologie et surtout antenne géante pour la radio naissante. Parallèlement à la collecte de données météorologiques dans les stations installées dans ses diverses propriétés, il poursuit ses études sur l'aérodynamisme en construisant une soufflerie au pied même de la Tour, puis une plus importante en 1909 rue Boileau à Paris, toujours en activité. Il meurt le 27 décembre 1923 à l'âge de 91 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Alessia
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 1810
Age : 19
Classe : CM2F
Ceinture : verte
Date d'inscription : 18/09/2007

Résultats
Moyenne:
13/20  (13/20)

MessageSujet: Re: La tour eiffel   Mar 29 Jan - 19:11

Le projet d'une tour de 300 mètres est né à l'occasion de la préparation de l'Exposition universelle de 1889 .

Les deux principaux ingénieurs de l'entreprise Eiffel, Émile Nouguier et Maurice Koechlin, ont l'idée en juin 1884 d'une tour très haute, conçue comme un grand pylône formé de quatre poutres en treillis écartées à la base et se rejoignant au sommet, liées entre elles par des poutres métalliques disposées à intervalles réguliers. C'est une extrapolation hardie à la hauteur de 300 mètres -soit l'équivalent du chiffre symbolique de 1000 pieds- du principe des piles de ponts que l'entreprise maîtrise alors parfaitement. Eiffel prend le 18 septembre 1884 un brevet "pour une disposition nouvelle permettant de construire des piles et des pylônes métalliques d'une hauteur pouvant dépasser 300 mètres".

Le plan de Koechlin


--------------------------------------------------------------------------------

Pour rendre le projet plus acceptable par l'opinion publique, Nouguier et Koechlin demandent à l'architecte Stephen Sauvestre de mettre en forme le projet


La Tour Eiffel en 1889 Sauvestre habille les pieds de socles en maçonnerie, relie les quatre montants et le premier étage par des arcs monumentaux, place de grandes salles vitrées aux étages, dessine un sommet en forme de bulbe, agrémente l'ensemble de divers ornements. Le projet sera finalement simplifié, mais certains éléments comme les grandes arches de la base seront maintenus, contribuant à lui donner son aspect si caractéristique.

La courbure des montants est mathématiquement déterminée pour offrir la meilleure résistance possible à l'effet du vent. Comme l'explique Eiffel : "Tout l'effort tranchant dû au vent passe ainsi dans l'intérieur des montants d'arête. Les tangentes aux montants menées en des points situés à la même hauteur viennent toujours se rencontrer au point de passage de la résultante des actions que le vent exerce sur la partie de la pile au-dessus des deux points considérés. Les montants avant de se réunir à ce sommet si élevé, semblent jaillir du sol, et s'être en quelque sorte moulés sous l'action du vent".
Revenir en haut Aller en bas
Alessia
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 1810
Age : 19
Classe : CM2F
Ceinture : verte
Date d'inscription : 18/09/2007

Résultats
Moyenne:
13/20  (13/20)

MessageSujet: Re: La tour eiffel   Mar 29 Jan - 19:11

Du gaz à l'électricité.

Au travers des renouvellements constants des sources d'illumination artificielle, la Tour a toujours profité des dernières innovations en matière d'éclairage.

Du gaz à l'électricité, des lampes à incandescence à celles au néon en passant par celles au sodium à haute pression.

Ainsi, à l'aube du XXe siècle, la Tour Eiffel est-elle passée du gaz à la nouvelle technologie électrique.

Exposition universelle de 1889


--------------------------------------------------------------------------------

Le développement de l'éclairage électrique a permis de mettre en lumière la Tour de façon variée au fil des ans.


Publicité Citroën 1925-1936 Après les éclairages mis en place pour les Expositions universelles de 1900, la publicité imaginée en 1925 par André Citroën inaugure la mise en lumière colorée de la Tour.

En 1937, André Granet habille sa dentelle de rampes lumineuses colorées pour l'exposition internationale des Arts et techniques.

En 1985, apparition de l’actuel éclairage doré de la Tour
Le nouveau dispositif pour éclairer la Tour Eiffel est inauguré le 31 décembre 1985.Conçu par Pierre Bideau, ingénieur éclairagiste, il comprend 336 projecteurs, équipés de lampes à sodium haute pression de couleur jaune orangé. Leurs faisceaux lumineux dirigés du bas vers le haut illuminent la Tour Eiffel de l’intérieur de ses structures. Ils remplacent les 1290 projecteurs en service depuis 1958. Cette illumination, qui rencontre un succès unanime et mondial, a été le point de départ, à Paris et dans les grandes villes de France et du monde, d’un renouveau de la remise en valeur nocturne des monuments.



--------------------------------------------------------------------------------

Phare et scintillement à l'occasion du « top de l'an 2000 »

Le 31 décembre 1999 à minuit, le monde entier découvre le phare et le scintillement de la Tour

Le phare, 2 faisceaux lumineux d’une portée de 80 kilomètres, est constitué de 4 projecteur motorisés de type "marine". Ils sont pilotés par micro-ordinateur, grâce à un logiciel spécifique et à un automate programmable qui gère leurs mouvements. Effectuant une rotation de 90°, ils sont synchronisés pour former un double faisceau en croix pivotant à 360°.

Les lampes sont des Xénon de 6000 W choisies pour leur longévité de 1200 heures environ. La tête lumière est surventilée pour éviter toute surchauffe, et un système de chauffage se met en route quand la température tombe en dessous de zéro alors que les lampes sont éteintes.

Ce phare rappelle celui de Gustave Eiffel jouant le rôle d'un repère symbolique et universel.

Le scintillement se superpose à l’éclairage doré qu’arbore la Tour depuis 1986, dont l’effet est toujours aussi merveilleux.
Pour clore le spectacle, en point d’orgue, l’éclairage doré s’éteind laissant la place au seul scintillement. Dix minutes de magie, une vision encore différente à ne pas manquer.

Le dispositif de l’an 2000, prévu pour être éphémère, fut remplacé en juin 2003 par une installation destinée à durer au moins 10 ans. Le chantier d’installation fut à la « démesure » du monument :

25 alpinistes pendant 5 mois
20 000 lampes à éclats (5000 par face) fixées à la main une par une
40 kilomètres de guirlandes lumineuses et câbles d’alimentation
40 000 attaches et 80 000 pièces métalliques diverses,
soit 60 tonnes de serrureries et pièces métalliques.
230 armoires et coffrets d’alimentation sont nécessaires.
10 000 m2 de filets de sécurité
Une puissance de120 kilowatts.
Budget total 4,55 millions d’euros HT









--------------------------------------------------------------------------------

24 Janvier 2004 : Célébration du Nouvel An Chinois : la Tour Eiffel s'habille de rouge !


Nouvel An Chinois
© SNTE/EDF
Photo : Christian Bamale A l’occasion de la célébration du Nouvel An Chinois le plus célèbre monument parisien a été baigné d’une lumière rouge écarlate, grâce à un savant jeu de projecteurs extérieurs. Le coup d’envoi, donné le samedi 24 janvier, à l'issue du défilé organisé sur les Champs-Elysées, lors d’une cérémonie d’illumination en présence des Ministres français et chinois de la Culture et des Maires de Paris et Pékin est resté en place jusqu’au 29 janvier au matin, soit 5 jours, et fut visible chaque nuit de 17 heures à 7h30 ! Cette mise en lumière de la Tour Eiffel en rouge fut réalisée avec le concours d’Electricité de France.





--------------------------------------------------------------------------------

Une Tour bleue pour les 20 ans de la Journée de l'Europe

A l'occasion de la 20ème édition de la Journée de l'Europe, la Tour Eiffel est éclairée en bleu le 9 mai 2006.





--------------------------------------------------------------------------------

Automne 2007, le rugby à l'honneur

Du 7 septembre au 20 octobre 2007, à l'occasion de la Coupe du monde de rugby qui se déroule en France, la Tour Eiffel s'habille aux couleurs de l'ovalie : éclairage de couleur verte, du sol au deuxième étage de la Tour, pour rappeler la pelouse, deux faisceaux verticaux lumineux et une barre transversale pour évoquer les buts, un ballon géant de 13 mètres d'envergure suspendu sous le deuxième étage à environ 80 mètres du sol arborant le logo officiel puissamment éclairé, enfin, un écran géant de 120 m2 installé sous le premier étage côté Seine pour donner les résultats de la compétition. Visiteurs du monde entier et Parisiens ont pu continuer à profiter du phare et du scintillement, maintenus pendant l'opération
Revenir en haut Aller en bas
gwenaëlle
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 1036
Age : 20
Classe : CM2F
Ceinture : marron
Date d'inscription : 17/09/2007

Résultats
Moyenne:
15/20  (15/20)

MessageSujet: Re: La tour eiffel   Jeu 7 Fév - 21:23

Revenir en haut Aller en bas
jordan
Aspirant
Aspirant
avatar

Nombre de messages : 1090
Age : 20
Classe : CM2F
Ceinture : Marron
Date d'inscription : 17/09/2007

Résultats
Moyenne:
18/20  (18/20)

MessageSujet: Re: La tour eiffel   Jeu 7 Fév - 22:09


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La tour eiffel   

Revenir en haut Aller en bas
 
La tour eiffel
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (1953) Ovni au-dessus de la Tour Eiffel Paris
» Tour Eiffel . En faisant un calcul personnel , j' ai retrouver des traces du nombre d' or
» [UFO/PARIS] Un ovni photographié à côté de la tour eiffel
» Ovni filmé près de la Tour Eiffel de Paris le 25 avril 2013
» Tour Eiffel: deuxième étage ou sommet?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum Voltaire de Denain :: Histoire-
Sauter vers: